Les mots ne bâtissent pas…

par | Publié le 24.09.2023, mis à jour le 07.05.2024 | Parole

«

Les mots ne bâtissent pas de murs.

»

On trouve cette citation de Cratinos au sein du Dictionnaire des proverbes, sentences et maximes, de Maurice Maloux. Elle est située dans la Vie de Périclès, de Plutarque. Cratinos se moque de la lenteur de la construction d’un mur proposée par Périclès. Ses propos originaux, très différents, ont en fait été adaptés pour leur donner une allure proverbiale1. Les voici, suivis d’une traduction littérale et d’une autre littéraire.

Πάλαι γὰρ αὐτό (φησί)

λόγοισι προάγει Περικλέης, ἔργοισι δ᾿ οὐδὲ κινεῖ2.

 

Depuis longtemps certes (dit Cratinos) Périclès pousse en avant elle [l’œuvre] par ses discours, mais par des actes (en fait) il ne la remue pas même.

 

Depuis le temps que Périclès pousse cette œuvre

En paroles, elle n’avance point d’un pas3.

Plutarque, Vie de Périclès, éd. Robert Flacelière et Émile Chambry, xiii, 8, 160 a ; 1re trad. Henri Lebasteur ; 2de trad. Robert Flacelière et Émile Chambry.

Notes

1. C’est une traduction anglaise du xviiie siècle qui semble en être à l’origine : « Stones upon stones the orator has pil’d, / With swelling words, but words will build no walls » (« L’orateur a empilé pierres sur pierres, / Avec des mots gonflés, mais les mots ne construiront pas de murs ») [Plutarque, Pericles, dans Plutarch’s Lives, vol. II, p. 20 ; notre trad.].

2. Cf. « Cratinus », CXXXIX b, dans Fragmenta comicorum Graecorum, vol. I.

3. Jacques Amyot en a fait deux décasyllabes : « Longtemps y a que Périclès de bouche / L’avance fort, mais de fait point n’y touche » (Périclès, xxviii, dans Les Vies des hommes illustres, vol. I).

Sources

  • Fragmenta comicorum Graecorum, éd. August Meineke, 7 vol., Berlin, G. Reimer, 1839-1857.
  • Maloux (Maurice), Dictionnaire des proverbes, sentences et maximes, Paris, Larousse (coll. « Références Larousse », série « Langue française »), DL 1980 (éd. 1991).
  • Plutarque, Plutarch’s Lives, éd. et trad. John Langhorne et William Langhorne, 6 vol., Londres, Edward et Charles Dilly, 1770.
  • Plutarque, Vie de Périclès, éd. et trad. Henri Lebasteur, Paris, Hachette et Cie (coll. « Les Auteurs grecs expliqués d’après une méthode nouvelle par deux traductions françaises »), 1893.
  • Plutarque, Les Vies des hommes illustres, éd. Gérard Walter, trad. Jacques Amyot, 2 vol., [Paris], Gallimard (coll. « Bibliothèque de la Pléiade »), DL 2007-2009.
  • Plutarque, Vie de Périclès, dans Vies, éd. et trad. Robert Flacelière et Émile Chambry, Paris, Les Belles Lettres (« Collection des universités de France »), 1964, vol. III (« Périclès-Fabius Maximus, Alcibiade-Coriolan »).

Mots-clés

Citations vérifiées